arabeBluesCultureDéliresMessage in a songMusicPoésiePodcast

صرخة التائه المحتار

  • Téléchargez Omar Khairat – Wahabeyat Gadeda – Leilat El Kabdh Ala Fatima
  • تهت و تاهت مخيلتي في متاهات الأرق – جلست و نظرت إلى الأفق و ذاك الشفق

    في حمرته سال دمع و دم من قلب يتيم – وانغمست في تفكير معلول معتوه سقيم

    جابت نظراتي زرقة ذاك البحر الممدود – و سبحت أفكاري أعماق ماض كنود

    شربت كأس الحنظل و بقي طعمه مريرا – ثم صرخت وانتفضت أتقلى سعيرا

    *****

    اختفت شمس الأصيل و قبعت في ظلام – بهت نظري و عجز فاهي عن كلام

    أشعلت ذاك السبيس وهمت مع الدخان – احترقت و تحرقت على ظلم الزمان

    ثم تذكرت وصلا و صدى و كلمات – عاودتني ابتسامة قطعت سيل العبرات

    عم صمت تخلله حس هدير يروق – فاستلقيت و نمت بقلب محروق

    وما كنت لأصحو إلا مع الشروق

    7 réflexions au sujet de « صرخة التائه المحتار »

    1. C’est un très beau texte! Ca fait un bon moment que je n’ai pas lu un texte en arabe doté d’une aussi grande sensibilité! Bravo! Continue!

    2. bravo amine ta sensibilte a fleur de peau me touche ne parlons pas de ton bilinguisme!!!c des wijdaniates de haut niveau!!!!!

      bonne journee

    3. On a découvert dans la péninsule de santa Elena un cimetière paléoindien, ce lui des « Amants de Sumpa »: deux squelettes unis dans une posture amoureuse sur lesquels avaient été placées des pierres, apparemment après leur mort. le poète équatorien Jorge enrique Adoum a écrit un recueil inspiré de cette histoire de deux squellettes unis dans la mort, par l’amour. le recueil s’appelle « l’amour désenfoui » ( l’amor desenterrado).

      « Ossement de nouveau-né ou le nouveau-mort il y a longtemps:
      avec cela je peux imaginer le peu qu’il faut
      pour former deux corps et rendre leur sens invisible,
      le peu qu’il faut pour que soient réunies deux morts.

      J’ai souffert des semaines de dix jours et des années de quatorze mois
      mais ces siècles furent courts:
      il nous reste encore quelques pétales des côtes et pour joncs ceux des jambes- ce qui nous reste de l’orage corporel lorsque le vent rassemble ce que le vent a dispersé-,
      nous voyant reprocher la faute d’être toujours vivants
      par ces amoureux-là tombés ensemble dans la bagarre contre le désir,
      comme si la peu frottée contre la peau les avait mis à nu,
      fragment d’une lune montante et d’une lune décroissante
      unis dans la secrète complicité de leur mouvement,
      radiographie de ce que nous fûmes et de ce que nous serions.
      cette pérennité du corps, pérennité de l’acte,
      était-ce déjà l’amour qu’avec le temps nous désapprîmes, qui aujourd’hui n’est plus ou qui n’est pas encore?
      Qu’est ce qui passa entre l’amour et nous, quel fleuve amer ou quel feu froid?
      Alors était-on homme et femme pour être complet
      quand le couple n’était pas encore une partie de chasse?
      choisissait-on (« je veux mourir avec toi »)la personne
      avec laquelle on allait vivre toute sa mort,
      naufragés intrus sous terre pour voir d’en bas
      comment se porte le pauvre petit amour fugace dans le pays d’en haut,
      et rester ainsi engondés,
      à entendre pour toujours l’ultime clignement,
      à voir pour toujours l’ultime battement,
      condamnés à mourir d’amour lent
      sans les tristes après du désaccouplement? »
      j’espère que tu trouveras dans ce poème une explication à ton spleen et à la mala-vida. Pleurer c’est tout ce qui nous reste. la solitude impitoyable et assassine s’empare de nos vies et nous condamne. alors qu’il suffit d’aller, d’avoir le courage d’aller sur l’autre rive du fleuve amer. qui sait?

    4. entre al wijdniates de amine et le wissal d’outre tombe de rym !!un vrai moment de remise en question !!!

    5. @24Faubourg : wallah kima n9ollik! 😀

      @thanubra : Merci beaucoup

      @Faiza Majeri : Rien a voir avec Wonderful World n’est ce pas 🙂
      merci ma tres chere

      @Rym : ma khass el machnou9 ken makilt el 7alwa 🙂

      @Werewolf : ahawka 9samnehom championnat fi 7ajjamine ou coupe fil 7alfaouine ou 3odna ilal bayti fari7an massrourine ou ragheb 3alama (boula7nek) driss, 7ajjim chleghmou ou rawa7 bikhoffay 7ounine 🙂 ou mouch lezem etta7lil yaw rana mouta 🙂

      stupeurs last blog post..صرخة التائه المحتار

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *