ChroniqueseconomieinsiderPolitiqueSociétéTunisie

Confiscation des biens de Ben Ali et de ses proches

Lors du conseil de ministres qui s’est tenu aujourd’hui, 25 février 2011, plusieurs décisions concernant les biens de la famille du président déchu et de son entourage ont été prises, venant ainsi répondre aux exigences du peuple tunisien.

Le conseil des ministres serait sur le point d’annoncer publiquement décisions suivantes:

-La confiscation des biens de 111 personnes faisant partie de la famille et des proches du président déchu. La décision sera prise directement par le gouvernement et non par décision de justice pour éviter la possibilité de faire appel. La liste comprendrait des noms comme : Hmila, Mabrouk, Sta, Leetaief…
-La dissolution définitive du Conseil Supérieur des Télécommunications et la nationalisations de ses actifs.
-La mise en place d’un fond de financement des entreprises.
-La mise en place d’un fond de participation citoyenne transparent.
-La mise en place d’une feuille de route politique à partir du 15 mars prochain.
-Définir la date du 15 Juillet en date limite pour la tenue des élections.
-La mise en place d’un échéancier pour une retraite anticipée des anciens responsables en vue d’un rajeunissement progressif des institution de l’état.
-La commission politique décidera de la tenue des élections  présidentielles, législatives et municipales…

Source: Slim Amamou

21 réflexions au sujet de « Confiscation des biens de Ben Ali et de ses proches »

  1. J’ai un problème
    « -La confiscation des biens de 111 personnes faisant partie de la famille et des proches du président déchu. La décision sera prise directement par le gouvernement et non par décision de justice pour éviter la possibilité de faire appel. »

    La décison me satisfait mais me pose un très gros problème de principe

    Dans un Etat de droit, comment peut-on justifier une telle décision ?
    n’est-ce pas la porte ouverte à des dérives vers l’arbitraire ?

    Raison d’Etat, Etat de droit, Droits « de » l’Homme, Droits « des » Hommes, ….
    Malaise : Ben Ali aussi prédendait « répondre aux exigences du peuple tunisien » !!

    Je passe certainement à côté d’un principe/argument, lequel ?

  2. Je suis d’accord pour tout ce qui est annonce. J’ajouterai quand meme les points suivants:

    1/ Confiscation aussi, apres enquetes a diligenter le plus tot, dans la totale transparence et d’une maniere juste et equitable, des biens des responsables qui ont beneficie indument des faveurs du regime Ben Ali.

    2/ Elections annoncees doivent se faire dans l’ordre suivant:
    -Election d’une Assemblee constituante et promulgation apres referendum d’une nouvelle constitution.
    – Organisation ensuite des:
    – Elections legisslatives

    – Elections presidentielles

    – Elections municipales.

    Periode transitoire peut durer tout le temps necessaire pour fonder des bases saines d’un regime reellement democratique avec le concours et en accord avec toutes les forces vives du pays.

  3. C’est vrai, tout cela est très mal formulé, seule la JUSTICE peut faire cela, sinon c’est de l’abus de pouvoir, on ne peut pas combattre l’injustice par linjustice… Attention danger!
    Ils ont tous droit à un avocat et à un procès, sinon on est encore dans le système ZABA!!

    Par ailleurs, yezzi mel « dégage » je garde ma confiance aux gouvernement et SURTOUT aux jeunes ministres « venus d’ailleurs » (c’est nul!), ils sont patriotes, compétents et efficaces, on n’est pas habitués…

  4. Photo illustrant l’article est ancienne. On voit a cote du President par interim l’ancien Ministre des Affaires Etrangeres du 1er Gouvernement de Ghannouchi post Ben Ali.
    Une mise a jour s’impose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *