I Love Tunisia : Je suis tunisien, t’es terrien, alors viens!

Blogzone, Chroniques, Coup de coeur, Culture, Découvertes, economie, Finances, international, Méditerranée, Poésie, Politique, Société, Tunisie, Voyage 3 Comments »

Suite à la révolution populaire et tous les changements qu’elle avait entrainés, les troubles sécuritaires et la perte de confiance, le pays se trouve dans l’obligation de trouver un moyen de redorer le blason du tourisme entant qu’acteur majeur de l’économie tunisienne. Dans le sillage, naquit la campagne ‘’I Love Tunisia’’ et qui vise à inciter les gens à venir en Tunisie et contribuer renaissance économique du pays et à promouvoir le tourisme militant.

Cette initiative se devait de fondre et aller de paire avec son contexte, donc outre la campagne lancée par le ministre intérimaire du Tourisme, Mehdi Houas, et du coup, tout un chacun se devait d’apporter sa contribution.

Le moteur principal de cette campagne n’est autre qu’Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook, qui avaient ont joué un rôle important et considérable tout au long de cette révolution et principalement comme outils de mobilisation populaire.

Alors que chacun, à sa manière, contribue à cette initiative.

Dans la foulée, je reprends un slam composé par mon ami Sami Baccouche et publié sur Facebook intitulé : Je suis tunisien, t’es terrien, alors viens!

Je suis tunisien,
T’es terrien,
Et pour toi avant le 14 janvier,
J’étais rien…

Je sais presque tout sur toi,
Tes pays, tes cultures, tes stars, tes musiciens,
Et sur moi, tu ne sais presque rien,
Alors viens !

Je connais, tes langues,
Je parle, arabe, français, anglais, espagnol, allemand, italien,
Si tu veux je t’apprends le tunisien,
Alors viens!

Je connais tes cuisines,
Le cassoulet, les sushis, la bruschetta, les tapas, le tandoori indien…
Je parie que tu ne connais pas le fameux Plat Tunisien,
Alors viens!

Je connais tes craintes,
L’insécurité, le terrorisme, les kidnappings, t’aurais peur pour les tiens,
De tout ça, en Tunisie il n’y a rien,
Alors viens!

Je connais tes attentes,
Le soleil, le calme, la fête, les découvertes, les surprises, fuir ton quotidien…
Ici, crois-moi, tu seras très bien,
Alors Viens!

Je suis tunisien,
T’es terrien,
Alors viens!

Source : Sami Baccouche

Boris Boillon, Poursuivez-moi en justice!

Boris Boillon, Chroniques, Coup de coeur, Délires, France, Fun, international, liberté d'expression, Photo, Politique, Tunisie 12 Comments »

Selon Libération qui relaye une dépêche AFP, Boris Boillon, le nouvel ambassadeur de France en Tunisie et qui a entamé son mandat avec un scandale qui ne fait qu’attiser la tension qui règne depuis le début de la révolution tunisienne, menace de poursuivre en justice toute personne qui utiliserait sa fameuse photo publiée sur Copains d’avant.

Alors monsieur Boris Boillon, Juriste prodige de votre état, avez vous lu les conditions d’utilisation du fameux site?

Alors pour mon plus grand bonheur, et pour celui de tout le monde qui veut te voir quitter la Tunisie ainsi que la politique par la petite porte, je vais en garder une copie, pour le prestige.

Boris Boilllon, Vous pourrez me poursuivre en justice, je me ferai un plus grand plaisir de vous faire chier encore plus.

By the way Boris Boillon, je vous demanderais bien de transmettre mes amitiés à Nicolas Sarkozy et à Michelle Alliot-Marie…

Bor…is Boillon menace de poursuivre en justice toute personne qui utiliserait cette photo.

Document : Les Miliciens et les BOPs s’en prennent aux manifestants

Coup de Gueule, droits de l'homme, liberté d'expression, Société, Tunisie 2 Comments »

Sur cette vidéo, nous pouvons clairement distinguer les miliciens cagoulés du RCD associés aux Brigadier de l’ordre public qui s’allient contre le peuple venu revendiquer ses droits les plus légitimes à la Casbah, et ce en tout pacifisme. Un document asses clair et révélateur.

Alors Monsieur Ghannouchi? Vous ne pourrez plus dire que vous n’êtes plus au courant.

Mise à Jour : Selon Kissa On Line, et après vérification et recoupement, les forces de l’ordre qui avaient participé à la répression des manifestations et du Sit-In de la casbah feraient partie des brigades d’intervention spéciales (BIS) faisant partie de la garde Nationale et qui auraient été mobilisés et ramenés de l’Aouina et de Bir Bouregba (Hammamet). Il y aurait eu trois compagnies de gardes et une brigade canine.

Relay: La Kasbah de Tunis le 28 janvier 2011, expérience personnelle du Dr Sami Ben Sassi.

Blogzone, Chroniques, Coup de Gueule, droits de l'homme, economie, liberté d'expression, Photo, Politique, Société, Tunisie 1 Comment »

La Kasbah le 28/01/2011 – L’armée se retire et laisse sa place à la Brigade de l’Ordre Public (BOP)

La pire journée hier avec tous les braves bénévoles qui nous ont tous spontanément rejoints à la Kasbah, on a tous failli mourir sous les lacrymogènes et vécu des moments de vraie Guerre mais on va tous bien. L’essentiel est qu’on a sauvé la vie de centaines de personnes du massacre par les Bops à part les actions médicales pures. Merci aux Drs Kenza Mghaieth, Sami Belhareth, Bachar Ben Salah, Slim Ben Salah, Rym Horchani, aux jeunes médecins Wafa Bayouth, RANIA x, Skander Mzah et beaucoup d’autres que j’oublie… Merci aux quelques bénévoles du croissant rouge qui n’étaient pas nombreux pour des raisons que j’ignore, mais qui nous ont aussi beaucoup aidé. Merci à Mr le ministre Sami Zaoui qui était présent à coté, pour son aide morale, il a tout tenté- sans succès- pour nous aider à avoir une tente du croissant rouge sur place, et centraliser l’aide médicale d’urgence: la tente serait arrivée en début d’après midi dans les parages mais aurait été « bloquée » quelque part…

On était en pleine action dans le quartier médical de fortune qu’on avait préparé dés le lendemain de l’arrivée des gens de l’intérieur à la place du gouvernement quand une rumeur de retrait de l’armée et de l’arrivée imminente des Bop a tout à coup circulé! Un mouvement de panique a alors démarré puis une demi heure plus tard, des lacrymogènes ont étés tirés sur la place: Étouffement de toute la population sur place et de nous tous, toute l’équipe de bénévoles, chacun de nous s’est alors mis à courir pour se protéger dans tous les sens, en tirant derrière lui comme il peut, les sacs de poubelles remplis des médicaments récoltés avec les dons des anonymes de tout bords. Certains médecins étaient portés évanouis sur les épaules, moi même je traînais mon sac de médicaments par terre, en étouffant -j’ai un asthme allergique- je n’arrivais plus à ouvrir les yeux pour avancer, brûlé dans le visage et la gorge par les gaz, jusqu’à arriver à l’hôpital Aziza Othmena grâce à l’aide de quelqu’un qui m’a traîné par terre à l’intérieur semi conscient.

Après ces moments de panique, après nous être lavés et calmés, on est allé rassembler les populations réfugiées dans l’hôpital pour les cacher, car le portail des urgences maternité était entrain d’être forcés par une horde de Bop impressionnants d’agressivité, habillés à la « Matrix »… ils ont pu prendre avec eux deux personnes, mais pas les autres car tous cachés en haut en silence…Une heure après, on a pu aller négocier avec les militaires du coté du portail principal de l’hôpital, pour évacuer avec leur protection, toutes les personnes réfugiées, mais la police est intervenue et a foutu la zizanie par leur agressivité verbale et gestuelle, on a re-réussit grâce à tous de retrouver le calme dans une ambiance de tension très élevée: On a négocié grâce à la présence d’un avocat qui était alors arrivé de dehors d’emmener avec la protection de toutes les blouses blanches présentes, une partie des gens à « la maison de l’avocat » en face du palais de la justice pour qu’ils y passent la nuit, et de laisser accompagner une autre partie qui voulait partir immédiatement vers Bab Alioua où il y a les bus vers le sud du pays pour rentrer, sous protection des militaires. Notre action a réussit tant bien que mal, on les a accompagné en faisant une chaine protectrice main dans la main, et les avocats étaient nombreux pour les y accueillir.

Sur le chemin du retour vers la Kasbah, on a appris qu’il y avait des personnes matraquées par centaines à la station de Bab Alioua! Les cinq médecins bénévoles Seniors avons alors récupéré nos voitures à Bab Ménara et on est parti à Bab Alioua. On y a alors retrouvé les personnes qu’on avait laissé sous la protection des militaires devant l’hôpital: ils avaient été « protégés par les militaires jusqu’au bas de la Kasbah, puis lâchés tous seuls, ils avaient alors été pris en charge par les camions de Bop féroces, qui les ont massacré: Aucun mort, mais une vingtaine de fractures simples ou doubles ou triples à part les blessures profondes, les hématomes etc…Un samu est arrivé, a pris en charge quelques cas des plus urgents, mais dépassé, une seule unité malgré les appels de chacun de nous les médecins présents et le passage de l’info aux médias à disposition personnelle. La SNTRI a mis en place des bus gratuits pour plusieurs destinations et on a distribué tout l’argent récolté jusque là à une grande partie des gens, tous démunis, plusieurs centaines de dinars…Certains d’entre nous ont hébergés chez eux quelques personnes qui habitaient trop loin pour être acheminées immédiatement, surtout les plus jeunes.

J’ai essayé de faire ici une description complète des évènements vécues hier à la Kasbah.

Mais je vais enfin finir par une expérience encore plus grave que tout ça -vécue par un jeune bénévole, fils de l’un des médecins avec nous,participant à l’aide médicale sur place: après notre dispersion par les gaz, ce jeune homme Md BS de 19 ans? s’est caché -paralysé par la peur- sur place sous une couverture là où on avait rassemblé les médicaments à coté du ministère des finances sur la place. Une fois la place vide, il a vu une « stafette » noire avec écris dessus CHORTA = police en Arabe, 4 hommes en civil en sont descendus, ils sont montés là où on était, et ont commencé à fouiller la nourriture et les couvertures accumulée pèle mêle, puis ils ont sorti un sac et en ont sortit des petits paquets de papiers à rouler puis des sachets de drogues type cannabis, qu’ils ont dispersés dans ces amas d’affaires…puis ils ont crié en se tournant vers la place par le balcon: Où SONT LES JOURNALISTES QUI PROTÈGENT CES GENS? Où SONT LES JOURNALISTES? VENEZ VOIR CE QU’ILS FONTS! puis ils sont partis… Mon avis personnel, pour le moment, je peux me tromper…le gouvernement actuel d’union nationale est en grand danger! Beaucoup voudraient que ça ne marche pas car il servirait à ce qu’on avance vers une vraie construction, mettant en jeu les intérêts de beaucoup de personnes corrompues de l’ancien régime. Je répète ceci n’est que mon avis personnel ainsi que celui d’autres personnes autour de moi, j’espère qu’on ne se trompe pas…

Témoignage du Docteur Sami Ben Sassi
Photo : Hamideddine Bouali

Mise à Jour : Le témoignage du Dr Sami Ben Sassi sur Nessma TV

Relay : Bulletin n° 2 du CNLC (collectif national de lutte contre la corruption)

Blogzone, Chroniques, Coup de Gueule, droits de l'homme, Finances, liberté d'expression, Tribune libre, Tunisie 4 Comments »

Actes et méfaits de corruption : Tunisair et Nabil CHETTAOUI

1/ Aéroport d’Enfidha. :

Nabil CHETTAOUI a initié le dossier de l’aéroport d’Enfidha et a continué à assurer la gestion dudit dossier en écartant la soumission de ADP et a permis à la Société turque  TAV – dont Belhassen Trabelsi était commissionnaire – de remporter le marché. D’ailleurs c’est ce même Belhassen Trabelsi qui est à l’origine de la nomination de Nabil CHETTAOUI à la tête de Tunisair pour services rendus.

Le dossier Aéroport d’Enfidha est une opération qui a permis la cession de la souveraineté du pays sur la base la plus importante de trafic charter d’Afrique (en l’occurrence l’aéroport de Monastir).

Cette cession de souveraineté a été effectuée au profit d’une société turque pays directement en compétition de la Tunisie sur le plan touristique.

Coût de la commission :  Quatre vingt millions de dinars.

2/ Airbus A-340 :

N. CHETTAOUI a personnellement pris en main et géré l’acquisition d’un airbus A-340   pour un coût de Quatre cents millions de dinars.

Il a également suivi les opérations d’aménagement et de décoration dudit avion à Bruxelles (Sabéna)  pour un coût estimatif de soixante millions d’Euros(meubles Fendi et Ferragamo)

3/ Tuninter – Sevenair :

N. CHETTAOUI a versé à Jalila Trabelsi, sœur de Leila et Mabrouk El Khachnaoui une commission de cinq cents milles Euros lors de l’acquisition de la flotte de Tuninter devenue Sevenair.

4/ Réaménagement Airbus 320 :

Pour dix millions d’ Euros, N. CHETTAOUI a fait réaménager tous les avions airbus 320.

Ces derniers disposaient de 174 sièges et le réaménagement les a réduit à 162 sièges faisant perdre à la Compagnie l’équivalent d’un avion A-320 soit soixante millions d’Euros. Il paraitrait que cela a permis la création de la classe Business.

5/ Révision des moteurs d’avions :

Perception d’une commission sur les révisions de moteurs avions pour trente millions d’Euros depuis 2006.

6/ N.CHETTAOUI – SAKHR MATRI :

Achat massif et inconsidéré des véhicules de service et de fonction  (Tunisair) auprès de Sakhr El Matri. N. CHETTAOUI a bénéficié d’une AUDI A6.

7/ Espaces publicitaires :

Achat d’espaces publicitaires à raison de un million quatre cent soixante huit milles dinars / an. et durant 5 ans au profit de l’Agence BIENVU appartenant à Mourad MAHDOUI époux de la nièce de Leila Trabelsi.

Exceptionnellement, il a été accordé à BIENVU un paiement d’avance sur les cinq années. (traites)

En contrepartie BIENVU a accordé une commission de deux cent trente millesdinars ainsi que tout le marbre utilisé pour une villa sise aux Berges du Lac.

8/ Licenciement – recrutement :

Parallèlement à toute une action de licenciements N. CHETTAOUI a procédé à des recrutements et des nominations inconsidérés :

-         Recrutement du fils de Mokhtar  HILI  (premier responsable de la Fédération des transports de l’UGTT) Tunisair a financé la qualification du fils de Mokhtar HILI, comme pilote (à Toulouse)  et a supporté plus de quatre cents milles Euros.

Il faut rappeler que l’UGTT n’avait pas agi lors des négociations sociales sous la présidence de Rafaa DKHIL pour empêcher le morcellement de la compagnie Tunisair, étape, préliminaire à la prédation de la Compagnie par KARTAGO. Bien plus le demi-frère de Mokhtar HILI, Mohamed FARHAT qui était représentant de Tunisair à Londres a été transféré dans les mêmes fonctions à Toulouse pour s’occuper de son neveu.

-         Nomination de Asma ENNAIFAR, comme directrice chargée des marchés de la communication et des cadeaux d’entreprises sur lesquels étaient perçus des commissions.

-         Nomination de la même personne comme représentant de Tunisair à Nice… avec siège au 5ème étage de Tunisair Tunisie, La dite personne percevait un salaire de quatre mille huit cents Euros par mois alors qu’elle était la plupart tu temps à Tunis. Elle fut par la suite recrutée par Orange appartenant à Marouène Mabrouk et a continué à percevoir son salaire à Tunisair avec la bénédiction de CHETTAOUI.

-         Nomination de Ali MIAOUI à Paris avec mission de n’exiger aucune des créances dûes à Tunisair notamment celle d’une agence de voyages TVS appartenant à Mourad MAHDOUI pour un montant de Six cent quatre vingt milles Euros ainsi qu’une créance d’une agence dénommée Soleil… pour un montant de Un million deux cents mille Euros.

9/Télécom – informatique :

-         Cession des activités télécom et informatique de Tunisair à une société écran dénommée SITA propriété de Slim Zarrouk gendre de Ben Ali. Le registre de commerce de la dite société n’ayant pas encore été retiré, nous ne savons pas si Montassar Ouaili fait partie de la structure de son capital.

-         Cession des magasins FRET (propriété de  l’OPAT) à la Compagnie MAS appartenant au même Slim Zarrouk.

10/ Cession d’actions :

-         Cession de la participation de Tunisair dans le capital de l’UIB à Belhassen Trabelsi pour un montant de seize millions de dinars que ce dernier a revendu immédiatement sans avoir versé un millime pour un montant de vingt cinq millions de dinars .

-         Cession de la participation de Tunisair à l’UTB France à Belhassen Trabelsi pour un montant que nous ignorons. 

Bien sur il existe d’autres opérations plus protégées et où l’information est difficile à obtenir comme :

-         La cession du simulateur de vol Airbus (vingt cinq millions d’Euros) d’abord pour Belhassen Trabelsi ensuite pour Sakhr El Matri.

-         L’achat de logiciels programmation intégrée pour un montant de sept millions de dinars

-         L’étude de stratégie commerciale pour un million de dinars. Etc…

TUNISAIR apparait ainsi comme un pivot essentiel du système prédateur de BEN ALI et a certainement participé avec les responsables de l’aviation civile à la fuite du dictateur et de ses proches.

Il est temps d’évincer ce monsieur complice actif de la prédation et de le remplacer par l’un des cadres compétents et patriotes travaillant au sein de Tunisair et ils sont très nombreux…

QUE LA TUNISIE EST RICHE !!!

Par : Maître Ezzeddine Mhedhebi

WP Theme & Icons by N.Design Studio
Entries RSS Comments RSS Connexion

Switch to our mobile site