Moi j’ai trouvé mon étoile, et toi?

Chroniques, droits de l'homme, economie, Finances, insider, liberté d'expression, Politique, religion, Société, Tunisie 3 Comments »

A quelques semaines de la campagne électorale, le paysage médiatique et les réseaux sociaux tunisiens se sont transformés en un insoutenable brouhaha, me rappelant parfois les souvenirs que j’ai des grands marchés de la capitale.
Dans tout ce vacarme, je semble être un des rares à avoir choisi mon chemin depuis un bon moment déjà. Les voix se vendent et s’achètent tous les jours, les gens virent de bord 3 fois par jour et les partis semblent puiser leurs arguments de vente dans un ancien livre de J’ha. Oui, c’est vraiment l’image que j’ai. Entre casse-croutes et parfums de contrefaçon, entre les 200 000 et les 500 000 emplois promis, entre le paradis et les 72 vierges et le paradis sur terre et le iPhone pour tous, le tunisien est face à une diarrhée laide et qui pue. On dirait que c’est dans une caverne d’Ali Baba que ces gens vont puiser les ressources pour réaliser tous ces objectifs. Rien de réaliste, rien de concret, que des promesses qu’un être humain normalement constitué ne pourra pas croire.

Pour mon compte, je ne suis pas du genre à déroger à mes convictions, tant sur le plan politiques que sur le plan social et économique, j’ai donc opté pour le parti qui représente le plus mon idéologie et mes idéaux.
Ce même parti a lancé une initiative pour une alliance qui continue à défendre ces mêmes principes et fondements.

Le Pôle Démocratique Moderniste n’est donc pas un parti, mais une alliance populaire qui regroupe des partis et des indépendants de tous les bords, ce qui peut garantir et protéger  l’indépendance des électeurs et des militants.

Le PDM présente également un projet constitutionnel, social, économique et sociétal des plus crédibles, avec des étapes bien claires et des objectifs réalistes.

Le volet le plus important qui me rassure c’est l’existence d’actes et d’engagements qui font que les droits universels se transforment en droits constitutionnels, je cite l’équité, la dignité, l’humanisme, l’égalité totale entre toutes les tranches de la société, la démocratie, le modernisme, la liberté d’expression et le droit d’association.

Dans sa forme actuelle, et contrairement aux autres mouvements politiques, le Pôle Démocratique Moderniste met un terme au sacro-saint culte de la personne et à l’idée du maitre et guide suprême. Il n’y a pas de président, il n’y a pas de patron, et toutes les décisions sont prises par une décision collégiale qui émane d’une représentation large de toutes les composantes de l’alliance.

Pour ce qui est des garanties, depuis son lancement au mois de mai dernier, le pôle a jusque là tenu toutes ses promesses. Il a promis la parité au niveau des listes électorales, et il est le seul parti à avoir tenu sa parole. C’est aussi un des seuls partis à avoir soumis des listes pour toutes les circonscriptions électorales, démontrant ainsi son sérieux et son engagements à représenter tout le peuple tunisien.

Pour vous faire une idée sur le projet constitutionnel et sur le programme socio-économique, n’hésitez pas à aller sur le site du pole ou rejoindre la page Facebook.

 

Mon oncle avait un chat qu’il appelait …

Chroniques, Coup de coeur, Délires, droits de l'homme, liberté d'expression, Me, Myself & I, Photo, Politique, Société, Tzipi Livni 2 Comments »

Que faire lorsqu’on se sent tellement frustré et tellement incapable de faire changer les choses ? Que faire lorsqu’on n’a pas vraiment le choix ? Eh ben certaines personnes puisent dans le plus profond de leur inconscient pour pouvoir surmonter toute cette frustration, et la créativité, aussi banale soit-elle nous permet de nous sentir mieux, ou du moins, pouvoir trouver une certaine forme de compensation.

Feu mon oncle, qu’il repose en paix, avait trouve une parade à sa manière, un moyen de refouler toute sa haine et son dégout d’un système et d’un régime en faillite.

Un chat, un animal domestique docile et fidele à son maitre, pouvait permettre à mon oncle de dépasser et de refouler toute cette frustration. Comment cela aurait-il pu être possible, c’est tout simple, un simple nom et le tour est joué.

Il était tout malade et tout maigrichon quand mon oncle l’avait retrouvé dans la rue, il l’avait ramené à la maison et s’en était occupé pour en faire son compagnon et son psy.

Le chat servait parfois de ballon de football, de sac de frappe, de vide colère et de tête à claques, mais servait aussi de copain, de compagnon, de confident et de source de tendresse.

Mon oncle est mort, mais le chat est toujours là, certains diraient que le chat se sent beaucoup mieux, mais je vous garantit que non, depuis que son maitre nous a quitté, la petite bête a repris sa place et occupe sa chaise et on dirait qu’elle ne fait que le pleurer. Ceci dit, depuis qu’il a occupé la chaise in ne voulait plus la quitter que pour aller faire ses besoins, dans le jardin pas loin.

Bien que d’autres chats vinrent après lui, aucun d’entre eux ne pouvait hériter de la place privilégiée et de la position du premier qui était, jusqu’à la fin, le préféré de son maitre.

Mon oncle nous a quitté à l’âge de 74 ans et le chat avait hérité de la chaise. Qui sait quand est-ce qu’un autre animal viendra le remplacer.

seba3 السابع

Assabaa, السابع, sur son trône

PS1 – Les faites relatés dans cette note sont rééls et véridiques.

PS2 – En cherchant la définition du terme ‘refoulement’ dans le dictionnaire, voilà ce que j’ai trouvé : Refoulement – Lorsque la conscience ne peut accepter certaines pulsions, certains désirs, nous vivons un conflit entre le principe de plaisir et le principe de réalité, entre la satisfaction et l’interdit. Une stratégie de défense se met alors en place, qui fait passer ces “indésirables” dans l’inconscient, en les effaçant même de la mémoire. Ils sont cependant toujours actifs et deviennent les moteurs cachés d’actes ou de comportements, qui substitueront au plaisir interdit un dérivé acceptable. On voit dans ces refoulements, que la psychanalyse s’emploie à rendre conscients, les causes de névroses, d’inadaptations, de conduites faussées ou ratées.

Ils ont dit, je dis…

Boudourou, Chroniques, droits de l'homme, economie, Finances, liberté d'expression, Politique, Société, Tunisie 1 Comment »

la langue de bois

Ce n’est pas du tout évident de commencer l’année avec un grand tronc d’arbre.

En parcourant Le Temps de ce matin, certaines déclarations m’avaient plus, je voulais les commenter avec un minimum de sérieux.

Mohamed Bouchiha : «L’Etat doit s’engager franchement pour équilibrer des situations économiques et sociales à venir»

Stupeur : J’ai rien compris à ce que vous vouliez dire. Je pensais qu’on avait une économie élastique invulnérable et que nos douaniers sont tellement vigilants qu’ils étaient parvenus à arrêter la crise aux frontières. Sinon que fait le 2626? Au pays des droits et de l’ordre et de l’équité, on n’a pas de problèmes sociaux.

Mohamed Trabelsi, syndicaliste : «Recul alarmant de l’état social et de la démocratie dans le monde»

Stupeur : Encore une preuve que ce ne sont pas nous qui avançons, mais ce sont les autres qui reculent. Mais on s’alignera bientôt au reste du monde démocratique, il vaut que les autres fassent des efforts considérables pour nous rattraper.

Dr Khelil Ezzaouia : « En finir avec les passe-droits»

Stupeur : je pense qu’il faudra d’abord commencer par en finir avec les Dans passe-droits il y a ‘droits’, enfin une preuve qu’on en a, à moitié c’est vrai, mais on en a quand même, le droit de la fermer. Le rôle de l’état est de veiller à ne pas tolérer les passe-droits, c’est donc plus facile de supprimer les droits que les passes, surtout avec un peuple qui vit de foot et de sexe.

Hafidha Chekir : «Un quota de postes pour les femmes dans les structures représentatives parlementaires et locales»

Stupeur : Ben on applique déjà une politique de quota, 1%. Ce n’est pas assez? Femmes, éternelles insatisfaites. Ce n’est pas vraiment une question de quota mais plutôt de léchage intensif, de koffaphilie et d’opportunisme. La méritocratie, ca vous dit quelque chose? Au pays des bénis oui-oui, il faut passer maitresses dans l’art du t7in.

Bonne année 2009, je vous souhaite sérénité, liberté, paix et le moins de langue de bois possible.

Parce que nos différences font notre richesse

Blogzone, Chroniques, Coup de coeur, Culture, droits de l'homme, liberté d'expression, Politique, religion, Société, Tribune libre 4 Comments »

pigeons messagers

Maintenant que le sujet des Tunisian Blog Awards est clos et que la blogosphère a exprimé son opinion, une opinion unie et uniforme, passons a autre chose. Houssein a proposé une sorte d’Awards alternatifs, j’approuve son initiative et j’adhère au concept, par contre, j’aurais participé si la blogosphère était ce qu’elle était il y a trois ou quatre ans. Quand ceci était une petite sphère ou tout le monde se connaissait et quand c’était une initiative qui regroupait un cercle d’amis dans le vrai sens du mot. Ceci dit je continue à faire partie de cette blogosphère beaucoup plus riche et beaucoup plus diversifiée. Un monde que j’aime, que je cautionne et que je soutiens. Tout au long de cette expérience dans le monde du blogging, je me suis fait des amis, des ennemis, des relations virtuelles qui se sont transformées en relation réelles et j’ai vécu des joies et des déceptions.

Pendant cette expérience j’ai appris énormément de choses  et j’ai essayé, surtout, d’apporter ma pierre à l’édifice, j’ai réussi par moments et j’ai failli par d’autres.

Maintenant que le cadre est défini, je reviens à ces Awards alternatifs de Houssein. Je ne vais  soumettre aucune préférence, d’une part parce que je ne suis plus aussi présent à cause de mes engagements personnels et professionnels et d’une autre part parce que la blogosphère est devenue tellement riche et tellement diversifiée qu’on n’arrive presque plus a tout lire. Donc, pour ne pas faire de malheureux au dépends d’autres qui seront nommés, j’ai décidé de ne pas m’exprimer sur ce sujet et de passer le flambeau aux autres, je me réjouirai de voir vos sélections et je vous lirai avec grand plaisir.

Parce que, comme moi, je sais qu’on peut écrire une note intéressante puis on peut en débiter une moins bonne. Parce que je sais qu’on ne peut pas plaire a tout le monde et que dans une communauté qui qu’elle soit, on peut aimer, on peut adhérer et on peut s’opposer à l’idée et la critiquer. Parce que cette espace nous permet d’exposer nos idées et entrer dans une dynamique d’échange, discuter et débattre. Parce que les écarts existent et que la parole de la majorité prévaut.
Surtout, parce que nous somme tous différents, parce que chacun apporte son historique, sa culture et son vécu, son expérience et ses opinions. Je pense que nos différences font notre richesse. Nos écarts élargissent nos horizons et notre union fait notre force.

Comme ce qui s’est passé pour ces Tunisian Blog Awards, où on a montré que nous pouvions changer les choses même à petite échelle. Parce qu’on a refusé la censure, parce que nous avons exprimé notre envie de casser les barreaux qui nous étouffent, notre vrai combat nous le vivons tous les jours et demeure notre première priorité.

Blogger c’est un plaisir, un engagement mais c’est aussi une responsabilité qu’on porte avec ses risques ses contraintes et son éthique. C’est un message qu’on essaye de passer et une frustration qu’on essaye de refouler.

Bloggons, ne cherchons pas de reconnaissance, la vraie reconnaissance qu’on cherche c’est la satisfaction personnelle, la satisfaction d’avoir changé quelque chose dans notre quotidien, ou du moins, d’avoir essayé. Bloggons, écrivons, dénonçons, et même si c’est a petite échelle, chacun fait ce qu’il peut.

Que vive la blogosphère.

Ingrid Bétancourt est enfin libre

France, Politique, Société 4 Comments »

La Colombie a annoncé mercredi la libération par l’armée de la sénatrice franco-colombienne Ingrid Betancourt et de trois otages américains aux mains des Farc.

Le ministre de la Défense Juan Manuel Santos a déclaré que tous les anciens otages étaient en relativement bonne santé après des années de détention dans la jungle. Onze militaires ou policiers ont également été libérés.

L’opération de sauvetage s’est déroulée mercredi dans la jungle de Guaviare, dans le sud du pays.

Cette nouvelle est un succès important pour le président colombien Alvaro Uribe, qui a fait de la lutte contre les Farc sa première priorité.

« C’était une opération sans précédent », s’est félicité le ministre de la Défense devant des journalistes. « Cela rentrera dans l’histoire par son audace et son efficacité. »

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) retenaient une quarantaine d’otages de premier plan comme monnaie d’échange contre des centaines de militants emprisonnés.

Parmi eux, Ingrid Betancourt, candidate du parti Vert à l’élection présidentielle en Colombie, avait été capturée le 23 février 2002.

Une vidéo des Farc diffusée à la fin de l’an dernier l’avait montrée très amaigrie et déprimée.

« Je suis comblée de joie », a déclaré Astrid Betancourt, sa soeur, à l’annonce de sa libération. « Ce furent de longues années d’attente.

Dès son élection en mai 2007, le président français Nicolas Sarkozy avait fait de sa libération une de ses priorités affichées.

« Je voudrais remercier toutes les personnes impliquées, y compris le président Sarkozy », a déclaré Hervé Marot, porte-parole du comité de soutien.

Les trois otages américains travaillaient pour le département de la Défense et ont été capturés en 2003 après la chute de leur avion dans la jungle lors d’une opération de lutte contre les stupéfiants.

Les Farc, plus vieux mouvement rebelle d’Amérique du Sud, ont été repoussés dans des endroits isolés du pays et ne compteraient plus que 9.000 combattants contre 17.000 auparavant.

Source : Reuters Via Yahoo news

WP Theme & Icons by N.Design Studio
Entries RSS Comments RSS Connexion

Switch to our mobile site