La Tunisie entre laïcité, sécularisme et islamisme

Chroniques, droits de l'homme, liberté d'expression, Me, Myself & I, Politique, religion, Société, Tunisie 5 Comments »

blason armoirie tunisie

Depuis le départ du président déchu Zine el Abidine Ben Ali, la scène politique tunisienne vit un chamboulement structurel et idéologique sans précédent. Toutes les orientations idéologiques et politiques ont pullulé dans un rythme effréné, et ce, des fois, à l’encontre du CPP (Code des Partis Politiques).

La question qui turlupine tout un chacun concernerait les garanties que l’état pourrait donner au peuple tunisien, tant lors du mandat temporaire du gouvernement de transition que pour la phase constitutive qui suivra les élections de l’assemblée constituante prévues pour le 24 juillet prochain.

Les appréhensions ne concernent pas uniquement l’aspect politique et législatif de la deuxième république tunisienne, mais principalement l’approche religieuse modérée et libérale et tous les acquis concrétisés depuis plus d’un demi-siècle tels que la sécularisation des institutions de l’état, la mise en place du CSP (Code du Statut Personnel) et surtout l’interdiction de la formation d’un parti politique sur une idéologie religieuse, sans pour autant occulter l’identité arabo-musulmane, garantie par la constitution Tunisienne en instaurant l’Islam comme religion d’état.

Comme l’esprit révolutionnaire avait imposé la suspension de la constitution et l’arrêt de l’effectivité des codes législatifs obsolètes, nous avons vécu l’apparition de trois partis à tendance religieuse, Ennahdha, Ettahrir et El wifak.

Dans le sillage, les voix se sont élevées de partout, on en a vu ceux qui se sont indignés et qui condamnent fermement ce flagrant retour en arrière et cette grande menace pour les libertés personnelles qui ont été le moteur principal de la révolution, mais, dans l’autre camp, il y avait ceux qui se sont félicités de cette nouvelle tendance qui vient animer la scène politique Tunisienne et garantir une liberté politique accrue.

Dans tout cela, il faudrait tout d’abord donner une définition pratique et précise sur tout ce qui est appellation et terminologie et dont l’incompréhension et l’amalgames risquent de créer d’autres conflits et provoquer d’autres divisions au sein d’une société tunisienne fragile et indécise.

Tout d’abord, quelles sont les trois alternatives qui s’offrent aux tunisiens pour l’avenir ? Un état totalement laïque, un état islamique ou alors un système séculier.

L’état Laïque :
La laïcité impose une neutralité religieuse absolue des lois, des institutions et des structures de l’état, et donc, l’écartement total de la mention religieuse de la constitution  ainsi qu’une séparation rigoureuse entre la gestion des affaires publiques et le domaine des activités à caractère privé.

L’état Islamique :
Une république ou un état islamique est un système où le droit musulman s’applique d’une manière subjective et totale. Non seulement  la pratique de l’islam comme religion d’État mais comme source législative et pouvoir exécutif. La république islamiste tend à appliquer totalement la charia comme constituions univoque et supérieure à toute autre loi humaine ou convention internationale.

L’état Séculier :
Pour ce qui est du système séculier, le principe de base garantit que la religion ne doit pas avoir, ni chercher à avoir, de pouvoir politique ou législatif, et ce, sans pour autant instaurer une séparation définitive entre l’état et la religion. L’état pourrait donc garder ses institutions religieuses, garantir le droit et la liberté au culte et continuer à financer et encadrer la pratique religieuse pour une ou la totalité des cultes pratiqués dans le pays.

Laïcité et sécularisme : l’impasse…
Les deux doctrines se rejoignent sur la garantie d’une liberté de culte sur le plan personnel et privé et l’émancipation de la religion se manifeste et est opérée selon une logique de sécularisation, moins conflictuelle que la logique de laïcisation, plutôt radicale et subjective.

Selon un petit sondage effectué auprès d’un échantillon plus ou moins représentatif de la population tunisienne, on trouve que la majorité opterait plus pour une logique de sécularisation et non de laïcisation de l’institution gouvernante. On pourrait donc penser à placer la religion sous la tutelle et le contrôle restrictif d’une constitution et n’appliquer la charia qu’en partie selon le contexte et uniquement pour une décision personnelle et privée tels que l’héritage, le mariage, les transactions financières etc. tout en garantissant une alternative légale et institutionnalisée.

Le parfait exemple serait d’opter pour un modèle britannique ou danois, ou l’état est lié à l’église en contribuant financièrement à son fonctionnement. Les hommes de l’église relèvent de la juridiction d’une institution de l’état, sont formés dans l’université publique et sont rémunérés comme fonctionnaires et officiers d’état civil. Parallèlement, les autres religions et confessions sont officiellement reconnues,  leur existence est garantie par la loi ou la constitution mais elles ne sont pas financées.

Flash Back: Adieu Ramadan je ne t’aimais pas bien

Coup de coeur, Culture, Délires, Fun, Me, Myself & I, Message in a song, Music, Poésie, religion, Société, Tunisie, Vide Grenier 3 Comments »

Pour un peu parodier le moribond du grand Jacques Brel, je me suis permis d’écrire ce petit pastiche.

pour ceux qui ne connaissent pas la chanson, je vous invite à la découvrir :

Adieu ramadan, je t’aimais bien
Adieu ramadan je t’aimais bien tu sais
On a chanté les mêmes briks,
On a chanté les mêmes chorbas,
On a chanté les mêmes gâteaux.
Adieu ramadan je vais manger,
C’est dur de jeûner tout le temps tu sais?
Mais je pars au café, la paix dans l’âme,
Vu que t’était aussi long que l’ennui
Je sais que tu prendras soin de mon âme

Je veux qu’on rie, je veux qu’on danse, je veux qu’on s’amuse comme des fous.
Je veux qu’on rie, je veux qu’on chante, comme si que j’avais bu comme un trou.

Adieu ramadan, je ne t’aimais pas bien
Adieu ramadan, je ne t’aimais pas bien tu sais
Je m’en réjouis que tu partes aujourd’hui
Bien que je sais que tu nous reviendras
Et même aussi longtemps qu’on vivra
Adieu ramadan je vais me souler
C’est dur de tenir et résister tu sais
Mais je pars au bar, la joie dans l’âme
Vu que t’était sec comme du vin blanc.
Je sais que tu prendras soin de mon âme

Je veux qu’on rie, je veux qu’on danse, je veux qu’on s’amuse comme des fous.
Je veux qu’on rie, je veux qu’on chante, comme si que j’avais bu comme un trou.

Je suis libre, libre de m’exprimer aussi

Blogzone, Coup de Gueule, droits de l'homme, liberté d'expression, Me, Myself & I, Message in a song, Podcast 4 Comments »

ammar404

L’article premier de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme stipule que tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Loin de faire partie de ceux qui prônent la liberté sans savoir ce que c’est, je le dis haut et fort, je suis LIBRE. Je suis libre de croire en qui je veux et de m’identifier à la communauté que je veux, je suis libre de porter ce que je veux et de dire ce que je veux. Je suis libre de parler et je suis libre de me taire, je suis libre de crier et je suis libre de chanter.

Mes convictions m’appartiennent, qu’elles soient religieuses ou politiques. Je suis libre de les exprimer. Si on ne me la donne pas cette liberté de m’exprimer je me la donnerai, j’en payerai le prix si ceci m’était infligé.

J’existe donc je m’exprime, et je m’exprime donc j’existe.

Aux despotes, aux dictateurs, aux oppresseurs, aux tyrans et aux bourreaux des mots je ne peux dire qu’un mot. Il n’y a que la mort qui m’empêchera de m’exprimer.

Encore voilà un petit mot :

هز الكنتولة يا علي يا أبو السواعد البناية – مهما طوال السلوم الدرجات ليها نهاية

Enfin une chanson que j’adore des Lighthouse Family

Lighhouse Family – Free

  • Téléchargez Lighthouse Family – Free
  • I wish I knew how it would feel to be free

    I wish I could break all the chains holding me

    I wish I could say all the things that I should say

    Say ‘em loud say ‘em clear

    For the whole wide world to hear

    I wish I could share

    All the love that’s in my heart

    Remove all the bars that keep us apart

    And I wish you could know how feels to be me

    Then you’d see and agree that every man should be free

    I wish I could be like a bird in the sky

    How sweet it would be if I found I could fly

    Well I’d soar to the sun and look down at the sea

    And I’d sing cos I know how it feels to be free

    I wish I knew how it would feel to be free

    I wish I could break all the chains holding me

    And I wish I could say all the things that I wanna say

    Say ‘em loud say ‘em clear

    For the whole wide world to hear

    Say ‘em loud say ‘em clear

    For the whole wide world to hear

    Say ‘em loud say ‘em clear

    For the whole wide world to hear

    One love one blood

    One life you’ve got to do what you should

    One life with each other

    Sisters, brothers

    One love but we’re not the same

    We got to carry each other Carry each other

    One One One One One…

    I wish I knew how it would feel to be free

    I wish I knew how it would feel to be free

    La mort n’est pas le monopole de Gaza

    Blogzone, Chroniques, Me, Myself & I, Société, Tunisie 17 Comments »

    accident-de-la-route-alcool

    Plus meurtrier que l’armée de Tsahal, plus destructeur que le tremblement de terre de Bam en Iran, plus virulent que la peste ou le choléra  et plus imprévisible que la chance, pensez un peu à alcool sans self-control.

    Oui ce sont des pensées morbides, des idées noires ou des conseils de maman protectrice, mais c’est une vérité incontestable et une réalité indéniable.

    Des milliers de morts sont à prévoir ce soir dans le monde, cela ne vous fait rien ?

    Les routes se transforment en un genre de ligne verte, un portail ouvert sur la mort.

    Un appel à la modération, un rappel de la nécessité de penser a ceux qu’on aime et ceux qui nous aiment.

    La mort n’arrive pas qu’aux autres, même si vous n’allez pas abuser, vous allez vous retrouver avec ceux qui en abuseront, alors vigilance et encore vigilance.

    Liberté, paix, santé, amour et sérénité, telles sont mes vœux pour toute l’humanité.

    Parce que nos différences font notre richesse

    Blogzone, Chroniques, Coup de coeur, Culture, droits de l'homme, liberté d'expression, Politique, religion, Société, Tribune libre 4 Comments »

    pigeons messagers

    Maintenant que le sujet des Tunisian Blog Awards est clos et que la blogosphère a exprimé son opinion, une opinion unie et uniforme, passons a autre chose. Houssein a proposé une sorte d’Awards alternatifs, j’approuve son initiative et j’adhère au concept, par contre, j’aurais participé si la blogosphère était ce qu’elle était il y a trois ou quatre ans. Quand ceci était une petite sphère ou tout le monde se connaissait et quand c’était une initiative qui regroupait un cercle d’amis dans le vrai sens du mot. Ceci dit je continue à faire partie de cette blogosphère beaucoup plus riche et beaucoup plus diversifiée. Un monde que j’aime, que je cautionne et que je soutiens. Tout au long de cette expérience dans le monde du blogging, je me suis fait des amis, des ennemis, des relations virtuelles qui se sont transformées en relation réelles et j’ai vécu des joies et des déceptions.

    Pendant cette expérience j’ai appris énormément de choses  et j’ai essayé, surtout, d’apporter ma pierre à l’édifice, j’ai réussi par moments et j’ai failli par d’autres.

    Maintenant que le cadre est défini, je reviens à ces Awards alternatifs de Houssein. Je ne vais  soumettre aucune préférence, d’une part parce que je ne suis plus aussi présent à cause de mes engagements personnels et professionnels et d’une autre part parce que la blogosphère est devenue tellement riche et tellement diversifiée qu’on n’arrive presque plus a tout lire. Donc, pour ne pas faire de malheureux au dépends d’autres qui seront nommés, j’ai décidé de ne pas m’exprimer sur ce sujet et de passer le flambeau aux autres, je me réjouirai de voir vos sélections et je vous lirai avec grand plaisir.

    Parce que, comme moi, je sais qu’on peut écrire une note intéressante puis on peut en débiter une moins bonne. Parce que je sais qu’on ne peut pas plaire a tout le monde et que dans une communauté qui qu’elle soit, on peut aimer, on peut adhérer et on peut s’opposer à l’idée et la critiquer. Parce que cette espace nous permet d’exposer nos idées et entrer dans une dynamique d’échange, discuter et débattre. Parce que les écarts existent et que la parole de la majorité prévaut.
    Surtout, parce que nous somme tous différents, parce que chacun apporte son historique, sa culture et son vécu, son expérience et ses opinions. Je pense que nos différences font notre richesse. Nos écarts élargissent nos horizons et notre union fait notre force.

    Comme ce qui s’est passé pour ces Tunisian Blog Awards, où on a montré que nous pouvions changer les choses même à petite échelle. Parce qu’on a refusé la censure, parce que nous avons exprimé notre envie de casser les barreaux qui nous étouffent, notre vrai combat nous le vivons tous les jours et demeure notre première priorité.

    Blogger c’est un plaisir, un engagement mais c’est aussi une responsabilité qu’on porte avec ses risques ses contraintes et son éthique. C’est un message qu’on essaye de passer et une frustration qu’on essaye de refouler.

    Bloggons, ne cherchons pas de reconnaissance, la vraie reconnaissance qu’on cherche c’est la satisfaction personnelle, la satisfaction d’avoir changé quelque chose dans notre quotidien, ou du moins, d’avoir essayé. Bloggons, écrivons, dénonçons, et même si c’est a petite échelle, chacun fait ce qu’il peut.

    Que vive la blogosphère.

    WP Theme & Icons by N.Design Studio
    Entries RSS Comments RSS Connexion

    Switch to our mobile site