La diplomatie n’est pas donnée à tout le monde!!!

Canada, Coup de Gueule, international, Politique, Tunisie 18 Comments »

Les bourdes du gouvernement en place se succèdent, se multiplient et s’accumulent, mais le plus grave dans tout ceci c’est que leur portée devient de plus en plus dramatique et leurs répercussions deviennent de plus en plus catastrophiques sur l’avenir des relations internationales de ce pays qui cherche à se blanchir la patte après plus de 23 ans de pseudo légitimité.

Dans les prochains jours (du 17 au 24 Mars 2012), certains membres du gouvernement tunisien effectueront une visite au Canada et le moins que l’on puisse dire c’est que cette visite est bizarre, contraire à toute tradition diplomatique et surtout très dangereuse pour la réputation de tout un pays.

Ministres et secrétaires d’état sans ordre de mission clair

La liste des représentants du gouvernement tunisien comprend notamment monsieur Moncef Ben Salem, ministre de l’enseignement supérieur ainsi que Monsieur Mohamed Abbou, Ministre chargé de la réforme administrative, d’autres cadres et secrétaires d’état feront partie de la mission en visite.

Dans l’absence d’une mission claire et d’un passage par les voies diplomatiques classiques, une telle visite est considérée comme une atteinte à la souveraineté d’un pays, surtout que les relations avec le canada souffrent encore des résidus de la crise relative aux élections de l’assemblée constituante lors de laquelle le Canada avait refusé catégoriquement que son territoire soit considéré comme une circonscription électorale.

Une ambassade parallèle?

Le gouvernement actuel aurait fait appel à un genre de mission diplomatique parallèle pour organiser sa tournée au canada, pour ce faire, les instances officielles tunisiennes ont opté pour les  services d’un certain Adel Guitouni afin d’établir un plan de visite et organiser toute une tournée qui s’étend de l’est jusqu’à l’extrême ouest du pays.

Il est également à noter que la mission diplomatique tunisienne n’a pas été avisée officiellement de cette visite et que le gouvernement fédéral canadien émet périodiquement des mémos pour  notifier aux ambassades qu’aucune visite ou rencontre officielle ne sera tolérée si elle n’est pas organisée par le circuit diplomatique habituel et si elle n’est pas régie par les règles et les protocoles d’usage.

Qui est ce Adel Guitouni? Un professeur universitaire à Victoria en Colombie Britannique, ayant enseigné 13 ans au Québec et spécialisé dans le domaine de la sécurité et la défense.

Le choix de la personne semble étrange, voire douteuse, surtout dans le contexte actuel.

 

Une visite officieuse de levée de fonds.

L’objectif premier de cette visite, selon le programme, serait de faire une tournée de rapprochement entre les deux pays et également pour effectuer une levée de fonds.  Si c’est pour le rapprochement, je ne pense pas que cela soit la bonne façon de le faire, surtout si on provoque une crise diplomatique en contournant les procédures d’usage.

A quoi serviraient ces fonds? Pour aider la Tunisie dans l’avancement de son processus démocratique?  Pour rétablir les bourses d’études pour les étudiants tunisiens au Canada, qui avaient été suspendues pour des raisons de restrictions budgétaires par ce même gouvernement?

De toutes manières, toute cette visite semble confuse et semble avoir des objectifs assez obscurs.

Une visite plus partisane, aux frais du contribuable.

Toujours selon le programme de la visite, tout porte à croire que cette visite ait une portée partisane : les personnes invitées, les contacts, les organisateurs ainsi que les coordinateurs sur place. Dans le contexte actuel, serait-ce une bonne idée de dilapider l’argent du contribuable tunisien qui peine à subvenir à ses besoins de base? Je ne pense pas! Et personne ne semble être d’accord.

Dans un monde parfait, le scénario aurait été :

Même dans ses moments les plus sombres, le point fort de la Tunisie avait été sa diplomatie et sa stratégie de coopération.

En temps normal, avant d’effectuer une telle visite, il y a des services de coopération et de relations bilatérales qui existent dans les deux ministères concernés, à savoir, le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et technologique et le ministère des affaires étrangères. Ceux-ci  auraient organisé une mission de prospection qui sera suivie par une visite officielle, et qui sera couronnée par la signature d’accords entre les deux pays.

Pour ce qui est du Ministère de la réforme administrative, la procédure aurait impliqué l’ouverture d’une consultation internationale ou la demande d’envoi d’une mission de supervision  et d’encadrement visant à donner des solutions, et la mise en place de stratégies pour mener à bien le processus de la réforme.

Mais bon, je semble être très optimiste…

Entre temps, le pays souffre de ses problèmes et souffrira encore à cause des complications et du lègue désastreux  que lui aura laissé ce gouvernement amateur, incompétent et irresponsable.

I Love Tunisia : Je suis tunisien, t’es terrien, alors viens!

Blogzone, Chroniques, Coup de coeur, Culture, Découvertes, economie, Finances, international, Méditerranée, Poésie, Politique, Société, Tunisie, Voyage 3 Comments »

Suite à la révolution populaire et tous les changements qu’elle avait entrainés, les troubles sécuritaires et la perte de confiance, le pays se trouve dans l’obligation de trouver un moyen de redorer le blason du tourisme entant qu’acteur majeur de l’économie tunisienne. Dans le sillage, naquit la campagne ‘’I Love Tunisia’’ et qui vise à inciter les gens à venir en Tunisie et contribuer renaissance économique du pays et à promouvoir le tourisme militant.

Cette initiative se devait de fondre et aller de paire avec son contexte, donc outre la campagne lancée par le ministre intérimaire du Tourisme, Mehdi Houas, et du coup, tout un chacun se devait d’apporter sa contribution.

Le moteur principal de cette campagne n’est autre qu’Internet, et en particulier les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook, qui avaient ont joué un rôle important et considérable tout au long de cette révolution et principalement comme outils de mobilisation populaire.

Alors que chacun, à sa manière, contribue à cette initiative.

Dans la foulée, je reprends un slam composé par mon ami Sami Baccouche et publié sur Facebook intitulé : Je suis tunisien, t’es terrien, alors viens!

Je suis tunisien,
T’es terrien,
Et pour toi avant le 14 janvier,
J’étais rien…

Je sais presque tout sur toi,
Tes pays, tes cultures, tes stars, tes musiciens,
Et sur moi, tu ne sais presque rien,
Alors viens !

Je connais, tes langues,
Je parle, arabe, français, anglais, espagnol, allemand, italien,
Si tu veux je t’apprends le tunisien,
Alors viens!

Je connais tes cuisines,
Le cassoulet, les sushis, la bruschetta, les tapas, le tandoori indien…
Je parie que tu ne connais pas le fameux Plat Tunisien,
Alors viens!

Je connais tes craintes,
L’insécurité, le terrorisme, les kidnappings, t’aurais peur pour les tiens,
De tout ça, en Tunisie il n’y a rien,
Alors viens!

Je connais tes attentes,
Le soleil, le calme, la fête, les découvertes, les surprises, fuir ton quotidien…
Ici, crois-moi, tu seras très bien,
Alors Viens!

Je suis tunisien,
T’es terrien,
Alors viens!

Source : Sami Baccouche

Le clan Trabelsi : Said Boujbel intouchable ?

Chroniques, Coup de Gueule, economie, Finances, international, liberté d'expression, Politique, Société, Tunisie 147 Comments »

La fortune du des proches du président déchu et du clan Trabelsi ne semble pas possible à cerner et estimer, Parmi ces gens la figurent des personnes qui on l’air d’être intouchables ou, du moins, presque impossible à condamner. Said Boujbel le mari de Rim Mahjoub, fille de Jalila Trabelsi et Haj Mohamed Mahjoub (arrêtés le 14 Janvier 2011), et qui  est à la tête d’un empire industriel et financier et qui fait partie des plus grandes fortunes tunisiennes.

Qui est Said Boujbel ?

Said Boujbel est un homme d’affaires tunisien, ayant fait fortune dans le conditionnement et l’exportation des dattes avec la société Haifa Dattes Boujbel et Cie dans la région de Beni Khalled et ensuite avec l’industrie des boissons gazeuses et la transformation des oranges avec la SNBG (Société Nouvelle des Boissons Gazeuses) et qui produit notamment les marques Fayrouz, Diva, Tropico, Viva, Oh !, Raoua, Royal, RC Cola et Black Power…

Said Boujbel attaque alors le marché de l’hotelerie avec deux grandes sociétés, acteurs majeurs du tourisme tunisien Sunny Hotels et Carribean World qui pèsent plus de 18.000 lits et qui regroupent des enseignes comme :

-Tabarka:
Hotel Golf Beach3
-Gammarth:
Hotel Dar Naouar
-Borj Cedria:
Hotel Sun Beach Resort
Hotel Lookea Beach Azur
-Hammamet:
Complexe hotelier Zenith (Hotel Kenza et Anais)
Hotal Hammamet Garden
Hotel Yasmine Beach
Hotel Venus
Hotedl Kilma
-Tozeur:
Hotel Kervansarail
-Djerba :
Hotel Lookea Cedriana
Hotel Fiesta Beach

La chaine Carribean Worl dispose egalement d’un hotel à Hurghada en Egypte (Soma Bay), Deux unitié hoteliéres à San José  ainsi qu’une nouvelle acquisition au Costa Rica parallélement à un terrain prévu pour la construction d’un appart hotel (City One)(1).

Said Boujbel détient également une société opérant dans le secteur pharmaceutique avec Medis, laboratoire de fabrication de médicaments.

Boujbel a aussi investi dans la transformation de l’huile d’olive. Parmi les enseignes les plus importantes du groupe, nous pouvons également trouver la seule et l’unique licence destinée àa la fabrication et la distribution des boisson alcoolisées  accordée depuis l’indépendance avec la SONOBRA(Société nouvelle de brasserie), une joint-venture avec Heineken et qui fabrique et distribue les marques : Heineken et Golden Brau.

Malgré son poids économique direct et indirect, malgré le nombre de personnes qu’il emploie, Said Boujbel devrait également figurer sur la liste des personnes qui doivent rendre des comptes sur son éventuel enrichissement illicite vu son lien de parenté par alliance avec le clan Trabelsi. Non à l’impunité.

(1) Source:  Travel Industry Professionals (Page 10)

Boris Boillon, Poursuivez-moi en justice!

Boris Boillon, Chroniques, Coup de coeur, Délires, France, Fun, international, liberté d'expression, Photo, Politique, Tunisie 12 Comments »

Selon Libération qui relaye une dépêche AFP, Boris Boillon, le nouvel ambassadeur de France en Tunisie et qui a entamé son mandat avec un scandale qui ne fait qu’attiser la tension qui règne depuis le début de la révolution tunisienne, menace de poursuivre en justice toute personne qui utiliserait sa fameuse photo publiée sur Copains d’avant.

Alors monsieur Boris Boillon, Juriste prodige de votre état, avez vous lu les conditions d’utilisation du fameux site?

Alors pour mon plus grand bonheur, et pour celui de tout le monde qui veut te voir quitter la Tunisie ainsi que la politique par la petite porte, je vais en garder une copie, pour le prestige.

Boris Boilllon, Vous pourrez me poursuivre en justice, je me ferai un plus grand plaisir de vous faire chier encore plus.

By the way Boris Boillon, je vous demanderais bien de transmettre mes amitiés à Nicolas Sarkozy et à Michelle Alliot-Marie…

Bor…is Boillon menace de poursuivre en justice toute personne qui utiliserait cette photo.

Relay: Lettre ouverte à Boris Boillon, ambassadeur de France en Tunisie.

Blogzone, Chroniques, droits de l'homme, economie, Finances, France, international, liberté d'expression, Politique, Tribune libre, Tunisie, Voyage 7 Comments »

Nicolas Sarkozy et Boris Boillon,  Le diable et son associé

Nicolas Sarkozy et Boris Boillon, Le diable et son associé

A son excellence, L’ambassadeur de France en Tunisie, Mr Boris Boillon,

Monsieur, si nous nous permettons de vous écrire ainsi aujourd’hui, c’est à la suite de votre première intervention à Tunis, intervention où vous vous êtes adressé au peuple tunisien par l’intermédiaire de ses journalistes.

Nous voudrions, par la présente, attirer votre attention sur certains points qui pour nous, peuple tunisien, sont essentiels, contrairement à ce que vous et vos maitres, semblez en droit de penser. Si vous souhaitiez que votre séjour en Tunisie soit entouré de sérénité et de bons rapports, non seulement avec les représentants du peuple mais avec tout le peuple tunisien, il apparait évident que vous n’avez pas eu beaucoup d’entendement.

Une journaliste vous a posé la question de savoir ce « que (vous pourriez) répondre aux préoccupations du peuple tunisien par rapport au comportement de la France durant la révolution ». Vous avez oublié votre fonction et avez répondu que cette question était un préjudice. Vous vous êtes même permis de traiter la question de « débile ».

Sachez, cher monsieur, que la France, que vous représentez ici, à Tunis, a beaucoup à faire pour faire oublier, d’une part, son soutien inconditionnel à son ami Ben Ali pendant toutes ces années, mais, surtout, la position politique inadmissible qu’elle a soutenu pendant que nos jeunes mourraient et se battaient pour la liberté, l’une des valeurs pourtant inscrite dans la devise de votre patrie, monsieur.

Ainsi nos préoccupations vous semblent déplacées ? Et bien, c’est que nous allons avoir un problème, cher monsieur. Car, voyez vous, Le peuple tunisien n’a jamais été un peuple imbécile, contrairement à ce que vous pourriez croire. Et si nous avons connu le malheur et la disgrâce de vivre sous un dictateur « ami » de la France, cela ne veut  pas dire que nous ne savons réfléchir, comprendre et surtout nous prononcer. Cela signifie « juste », qu’avec l’accord de votre Nation, l’on nous avait muselé et dépouillé d’une grande partie de nos droits, dont celui de s’exprimer. Mais ne prenez pas la conséquence pour la cause et sachez que nous vous voyons pour ce que vous êtes, très cher monsieur.

Votre attitude pleine de mépris et d’arrogance, vous donne l’outrecuidance de parler ainsi à une journaliste tunisienne qui exprimait la question principale qui occupe le peuple tunisien quant à l’avenir de ses relations avec la France, a choqué plus d’une personne. Si c’est ainsi que se comporte le représentant de l’État français en Tunisie, nous craignons le pire pour l’avenir de nos échanges, monsieur. Mais pouvions nous attendre autre chose de la part d’un représentant dont le gouvernement n’a toujours pas présenté d’excuses claires pour avoir offensé la dignité d’un peuple ni n’a été blâmé pour entretenir des relations d’affaires avec un tyran ?

Cher monsieur, votre jeunesse n’est qu’apparente, vos actes semblent venir d’un monde si ancien, si vieux. Pensiez vous réellement pouvoir vous comporter comme ces soldats ardents et insultants de la période colonialiste ? Il semblerait que vos maîtres n’ont toujours pas compris quelle est la période historique qui s’ouvre en ce moment en Tunisie. Mais il est certain que les piètres performances de notre ancien ministre des affaires étrangères doivent y être pour quelque chose. Allez donc expliquer, cher monsieur, que nous ne sommes pas au début d’un nouveau colonialisme, non, nous sommes à l’aube de grands changements, et cette attitude française sera sévèrement punie à chaque fois qu’elle aura le malheur de réapparaitre, comprenez le bien.

Sachez que la volonté du peuple, aujourd’hui, Monsieur l’Ambassadeur, est de vous dire, tout simplement, « dégage ». Vous avez réussi avec votre comportement dédaigneux à tirer le pire du peuple tunisien, connu pourtant pour son accueil légendaire et sa générosité. Vous avez, en moins d’une semaine, fait échouer votre mission. Vous pouvez partir maintenant. Et dommage pour cette belle carrière prometteuse que vous vous étiez préparée et imaginée, vous saurez certainement tirer une leçon diplomatique de ce passage éclair dans notre beau pays.

Tunis, Milan, Paris,  le 18/02/2011

Texte écrit par :
Wejdane Majeri
Afef Hagi
Shiran Ben Abderrazak

WP Theme & Icons by N.Design Studio
Entries RSS Comments RSS Connexion

Switch to our mobile site