BlogzoneChroniquesCoup de Gueuledroits de l'hommeFinancesliberté d'expressionTribune libreTunisie

Relay : Bulletin n° 2 du CNLC (collectif national de lutte contre la corruption)

Actes et méfaits de corruption : Tunisair et Nabil CHETTAOUI

1/ Aéroport d’Enfidha. :

Nabil CHETTAOUI a initié le dossier de l’aéroport d’Enfidha et a continué à assurer la gestion dudit dossier en écartant la soumission de ADP et a permis à la Société turque  TAV – dont Belhassen Trabelsi était commissionnaire – de remporter le marché. D’ailleurs c’est ce même Belhassen Trabelsi qui est à l’origine de la nomination de Nabil CHETTAOUI à la tête de Tunisair pour services rendus.

Le dossier Aéroport d’Enfidha est une opération qui a permis la cession de la souveraineté du pays sur la base la plus importante de trafic charter d’Afrique (en l’occurrence l’aéroport de Monastir).

Cette cession de souveraineté a été effectuée au profit d’une société turque pays directement en compétition de la Tunisie sur le plan touristique.

Coût de la commission :  Quatre vingt millions de dinars.

2/ Airbus A-340 :

N. CHETTAOUI a personnellement pris en main et géré l’acquisition d’un airbus A-340   pour un coût de Quatre cents millions de dinars.

Il a également suivi les opérations d’aménagement et de décoration dudit avion à Bruxelles (Sabéna)  pour un coût estimatif de soixante millions d’Euros(meubles Fendi et Ferragamo)

3/ Tuninter – Sevenair :

N. CHETTAOUI a versé à Jalila Trabelsi, sœur de Leila et Mabrouk El Khachnaoui une commission de cinq cents milles Euros lors de l’acquisition de la flotte de Tuninter devenue Sevenair.

4/ Réaménagement Airbus 320 :

Pour dix millions d’ Euros, N. CHETTAOUI a fait réaménager tous les avions airbus 320.

Ces derniers disposaient de 174 sièges et le réaménagement les a réduit à 162 sièges faisant perdre à la Compagnie l’équivalent d’un avion A-320 soit soixante millions d’Euros. Il paraitrait que cela a permis la création de la classe Business.

5/ Révision des moteurs d’avions :

Perception d’une commission sur les révisions de moteurs avions pour trente millions d’Euros depuis 2006.

6/ N.CHETTAOUI – SAKHR MATRI :

Achat massif et inconsidéré des véhicules de service et de fonction  (Tunisair) auprès de Sakhr El Matri. N. CHETTAOUI a bénéficié d’une AUDI A6.

7/ Espaces publicitaires :

Achat d’espaces publicitaires à raison de un million quatre cent soixante huit milles dinars / an. et durant 5 ans au profit de l’Agence BIENVU appartenant à Mourad MAHDOUI époux de la nièce de Leila Trabelsi.

Exceptionnellement, il a été accordé à BIENVU un paiement d’avance sur les cinq années. (traites)

En contrepartie BIENVU a accordé une commission de deux cent trente millesdinars ainsi que tout le marbre utilisé pour une villa sise aux Berges du Lac.

8/ Licenciement – recrutement :

Parallèlement à toute une action de licenciements N. CHETTAOUI a procédé à des recrutements et des nominations inconsidérés :

–         Recrutement du fils de Mokhtar  HILI  (premier responsable de la Fédération des transports de l’UGTT) Tunisair a financé la qualification du fils de Mokhtar HILI, comme pilote (à Toulouse)  et a supporté plus de quatre cents milles Euros.

Il faut rappeler que l’UGTT n’avait pas agi lors des négociations sociales sous la présidence de Rafaa DKHIL pour empêcher le morcellement de la compagnie Tunisair, étape, préliminaire à la prédation de la Compagnie par KARTAGO. Bien plus le demi-frère de Mokhtar HILI, Mohamed FARHAT qui était représentant de Tunisair à Londres a été transféré dans les mêmes fonctions à Toulouse pour s’occuper de son neveu.

–         Nomination de Asma ENNAIFAR, comme directrice chargée des marchés de la communication et des cadeaux d’entreprises sur lesquels étaient perçus des commissions.

–         Nomination de la même personne comme représentant de Tunisair à Nice… avec siège au 5ème étage de Tunisair Tunisie, La dite personne percevait un salaire de quatre mille huit cents Euros par mois alors qu’elle était la plupart tu temps à Tunis. Elle fut par la suite recrutée par Orange appartenant à Marouène Mabrouk et a continué à percevoir son salaire à Tunisair avec la bénédiction de CHETTAOUI.

–         Nomination de Ali MIAOUI à Paris avec mission de n’exiger aucune des créances dûes à Tunisair notamment celle d’une agence de voyages TVS appartenant à Mourad MAHDOUI pour un montant de Six cent quatre vingt milles Euros ainsi qu’une créance d’une agence dénommée Soleil… pour un montant de Un million deux cents mille Euros.

9/Télécom – informatique :

–         Cession des activités télécom et informatique de Tunisair à une société écran dénommée SITA propriété de Slim Zarrouk gendre de Ben Ali. Le registre de commerce de la dite société n’ayant pas encore été retiré, nous ne savons pas si Montassar Ouaili fait partie de la structure de son capital.

–         Cession des magasins FRET (propriété de  l’OPAT) à la Compagnie MAS appartenant au même Slim Zarrouk.

10/ Cession d’actions :

–         Cession de la participation de Tunisair dans le capital de l’UIB à Belhassen Trabelsi pour un montant de seize millions de dinars que ce dernier a revendu immédiatement sans avoir versé un millime pour un montant de vingt cinq millions de dinars .

–         Cession de la participation de Tunisair à l’UTB France à Belhassen Trabelsi pour un montant que nous ignorons. 

Bien sur il existe d’autres opérations plus protégées et où l’information est difficile à obtenir comme :

–         La cession du simulateur de vol Airbus (vingt cinq millions d’Euros) d’abord pour Belhassen Trabelsi ensuite pour Sakhr El Matri.

–         L’achat de logiciels programmation intégrée pour un montant de sept millions de dinars

–         L’étude de stratégie commerciale pour un million de dinars. Etc…

TUNISAIR apparait ainsi comme un pivot essentiel du système prédateur de BEN ALI et a certainement participé avec les responsables de l’aviation civile à la fuite du dictateur et de ses proches.

Il est temps d’évincer ce monsieur complice actif de la prédation et de le remplacer par l’un des cadres compétents et patriotes travaillant au sein de Tunisair et ils sont très nombreux…

QUE LA TUNISIE EST RICHE !!!

Par : Maître Ezzeddine Mhedhebi

4 réflexions au sujet de « Relay : Bulletin n° 2 du CNLC (collectif national de lutte contre la corruption) »

  1. Monsieur

    Nous, tunisiens libres depuis le 14 Janvier, estimons qu’il est de notre devoir national de vous alerter des dérives de Monsieur Laroussi Bayoudh, serviteur de l’ancien régime corrompu et toujours en poste.

    Nous voulons attirer votre attention sur un échantillon de ces dépassements. Pednat toute cette période, Monsieur Bayoudh a agi en toute impunité.. Nous vous prions de mettre fin à ce genre de comportements irresponsables : il doit étre à notre avis démis de ses fonctions sans délai afin de l’empêcher de détruire d’autres documents compromettants.

    De notre coté, nous essayerons de mettre a la disposition de la justice tunisienne tout document en notre disposition pour mettre fin aux règne des valets corrompus de l’ancien système.

    270 millions de dinars de la STB entre 2004 et 2006 pour la famille Trabelsi
    1-Dans son rapport de 2007 , la cour des comptes a relevé que Mr Laroussi Bayoudh, alors PDG de la STB a accordé à des sociétés classées appartenant à la famille Trabelsi, des crédits louches, contraires à l’éthique du métier et irrécouvrables pour un montant global de 270 millions de dinars.

    Ce même rapport signale aussi que ces crédits accordés par Mr Laroussi Bayhoudh, sont sous forme de découverts, donc sans l’autorisation des comités de crédit.
    Le rapport de la cour des comptes transmis à la présidence, du fait que les bénéficiaires sont proches du Président Ben Ali , n’a reçu aucune réponse ; au contraire, Mr Laaroussi Bayoudh, âgé de 61 ans a été promu en 2008, contre toute attente, PDG de Best Bank.

    70 millions de dinars de Best Bank entre 2009 et 2010 pour Trabelsi-Materi
    2- Pour accomplir la mission noble pour laquelle il a été nommé, Mr Laroussi Bayoudh n’a pas voulu perdre de temps. Il a réagi en 2009 et 2010 par l’octroi de crédits Best Bank au groupe malfaiteur trabelsi-materi pour 70 millions de dinars soit l’équivalent du capital de cette petite banque ; 15 millions de dinars à Ezzitouna Bank pour refinancer son siège ; 45 millions de dinars à Sakher El Matri pour l’achat des actions Tunisiana et 10 millions de dinars à la cimenterie de Belhassen Trabelsi.
    A titre de récompense pour services bien rendus, Mr Laroussi Bayoudh a été nommé en décembre 2010 membre du conseil d’administration de la cimenterie trabelsi avec promesse ferme de proroger son mandat à Best Bank d’un an en mars 2011 car sera âgé de 63 ans. A signaler que ces prêts ont été accordés en violation des règles prudentielles applicables à la banque et que Best Bank n’a jamais financé ces escrocs.

    Irrégularités constatées à l’œil nu actuellement à Best Bank :
    3-La secrétaire de Mr Laroussi Bayoudh, femme divorcée, perçoit un salaire mensuel net de 3600 dinars et un bonus annuel de 20000 dinars soit un revenu mensuel moyen de l’ordre de 5300 dinars.
    -Son chauffeur de maison qui n’a jamais mis les pieds à la banque reçoit, en plus de son salaire, une prime d’heures supplémentaires de 500 dinars nets par mois.
    -En 2010 Mr Bayoudh a fait presque 20 missions à l’étranger, sans aucune autorisation, pour un coût en devises supérieur à 100 000$ USA, dont des billets 1ers classe pour sa femme à la charge de notre mesquine banque.
    -Il perçoit en espèces mensuellement l’équivalent de 500 litres d’essence, et la banque supporte illégalement le carburant des 4 voitures mises à sa disposition (Mercedes neuve pour lui, Golf pour sa femme, 2 voitures pour ses 2 frères utilisées dans les déplacements à ses fermes agricoles Sidi Thabet et au Cap Bon.)
    -Il est en contact permanent avec Sakher el Matri auquel il a fourni au dinar symbolique tout le savoir faire de Best Bank à Ezzitouna Bank.

    Construction d’un palais à Hammamet au dinar symbolique

    4-Mr Laroussi Bayoudh, connu dans le secteur par sa corruption, a accordé, durant la période qu’il a passée à la Banque du Sud, des crédits dépassant 15 millions de dinars à l’entrepreneur Ameur Messai. En contrepartie de ce financement, l’entreprise Ameur Messai , lui a construit au dinars symbolique, son palais Hammamet.

    Perception de commissions sur les crédits

    5-Mr Laroussi Bayoudh est un grand corrompu et un mafioso de première classe. Il perçoit en espèces 10% de commissions, auprès de certains clients interdits du système bancaire.
    -A la STB, il a accordé à Mr Toufik Mkacher un crédit de 1 million de dinars, resté impayé à ce jour.
    -A la Best Bank , il a financé en 2010 à cet escroc pour 5 millions de dinars un projet aquacole dans des conditions très douteuses.
    Mr Taoufik Mkacher est douteux dans le système bancaire et ses affaires auprès des stb,bna et ettijari bank sont aux services contentieux. Chaque vendredi , notre pdg reçoit son carton de poissons ultra frais expédié par Mr Taoufik Mkacher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.