BlogzoneChroniquesCoup de coeurCultureMaghrebMarocPolitiqueSociétéVoyage

Maghrebin, jusqu’à la moelle

Il n’a jamais été pour moi question de rechercher une occasion pour exprimer mon attachement à ce Maghreb.

Comme l’année dernière, je perpétue la tradition et j’exprime ma vision de cet espace géographique avec toute ses dimensions humaines.

Dernièrement j’ai eu l’occasion de me retrouver avec un groupe de Maghrébins autour d’une table, j’ai pu m’assurer encore une fois, et comme si je cherchais encore des justificatifs à cette envie, que nous Maghrébins on n’est qu’UN.

Je me rappelle encore de cette soirée que j’ai passé avec mes amis tunisiens et marocains à Rabat.

Trois Marocains :

-Nadia, une charmante jeune fille que j’ai connu en novembre 2006 à Agadir lors de ma visite de cette ville à l’occasion du concert de la tolerance.

-Yassine, Mon ami de Kenitra, la première personne que j’ai pu connaitre en débarquant dans ce pays.

-Oussama , la toison touffée, un ami casaoui que j’ai pu rencontrer et connaitre au fil de mon expérience Marocaine.

Trois Tunisiens :

-Mohamed, un ami d’enfance, que le bon hasard a envoyé au Maroc.

-Ali, un ami Tunisien, que les circonstances ont fait qu’il me rejoigne à Rabat.

-Moi, je me retrouve un peu dans mon élément, dans cette ville que j’affectionne particulièrement.

Six personnes d’horizons différents, d’age différent, de nationalité différentes mais que le hasard a pu réunir autour d’une table pour passer une soirée inoubliable, sans que chacun d’entre nous sente une différence de nationalité, de langue ou de mentalité.

Au fil de mes voyages à travers les pays du Maghreb je ne me suis jamais senti loin de mon cadre ou loin de ma culture. Un sentiment que j’ai tout de suite ressenti à mon arrivée chez les pays de l’orient.

Voir Ali discuter avec Yassine ou Mohamed plaisanter  avec Nadia et moi rire avec Oussama me semblait tellement naturel, mais avec un peu de recul de me dis que dans d’autres circonstances, ce genre de rencontres aurais pu être possible ailleurs et encore plus souvent.

Avons nous réussi où d’autres avaient échoué.

Pourrons nous reconstruire ce que d’autres avaient démoli.

Mon Maghreb c’est ce monde sans frontières, avec toute sa richesse et ses différences, avec toutes ses rencontres et ses surprises.

Une réflexion au sujet de « Maghrebin, jusqu’à la moelle »

  1. Bonsoir stupeur, j’étais très contente de retrouver ton commentaire sur mon dernier post… c’est que mon message est bien passé… les frontière entre les peuples c’est une aberration…on est tellement proche les uns des autres…merci encore de ta présence sur notre blog et à bientôt..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.