BlogzoneBoudourouChroniquesCoup de coeurMaghrebMarocPolitiqueSociétéVoyage

Casa Workshop : Veni, Vidi, Scripti

C’est avec un peu de retard que j’écris mon petit billet concernant ma participation au premier atelier sur le journalisme citoyen en Afrique du nord. Le fruit d’une organisation commune entre Le MEPI (Middle East Partnership Initiative) et l’IREX (International Research & Exchanges Board), cet atelier à vraiment été à la hauteur de mes attentes personnelles. Je ne vais pas trop tomber dans la répétition de ce qui a déjà été dit par Subzero, Houhou et Azwaw mais il y a certains points que j’aimerai bien aborder surtout après toute la polémique qui a précédé notre participation et à laquelle je n’ai vraiment pas voulu participer pour voir de moi-même ce qui se passera et quelle seraient les lignes directrices des discussions et éventuellement des ‘formations’ proposées.

Je tiens premièrement à remercier tout ceux qui ont participé, les rencontres étaient fort-enrichissantes. Le but premier qui m’a poussé à participer est atteint. Les contacts et les relations.

Nous étions à peu prés 25 participants dont neuf tunisiens, huit Marocains, quatre Algériens et un libyen. Les Autres participants sont des personnes d’expérience dans le journalisme citoyen (un Palestino-jordanien (professeur universitaire de journalisme), un Bahreïni (Pionnier du Bridge Blogging) et une Française qui représente RSF).

Liberté d’expression et ouverture comme maitre-mots tout au long du séjour. Les débats soulevés ont été très enrichissant malgré que le temps prévu pour les sessions fût très court, on a pu remédier à ce manque par des discussions en aparté qui ont vraiment pu faire la réussite de cet atelier.

Les sujets abordés et proposés par les intervenants et les experts n’ont pas manqué de pertinence et de richesse.

L’échange d’expériences parmi les participants nous a donné la possibilité d’abolir ces frontières entre nous, maghrébins, et de réaliser encore plus a quel point nous sommes uniformes.

La participation des organisateurs s’est résumée à une présence passive et quelques prises de notes.
Quelques points à revoir pour d’éventuels autres ateliers :
-Prévoir plus de temps pour les sessions et plus de temps pour soulever le débat en aparté.
-Prévoir un encadrement technique spécifique pour les néophytes, certaines personnes étaient perdues quand des sujets assez pointus techniquement avaient été abordés.
-Assurer une équité entre les pays participants et une équité entre les intervenants. Et surtout essayer de prévoir du temps pour que les intervenants et les experts préparent et peaufinent leurs interventions.

Dernier point, je tiens à vous rassurer, malgré la fatigue et l’insuffisance de temps, j’ai pu plus ou moins profiter du voyage pour retrouver ce pays que j’affectionne particulièrement et qui est le Maroc. Visite éclair à Rabat puis retour à Casablanca pour rejoindre les autres. Du réservoir et Master Brochettes à Rabat, à l’Amstrong de Ain Diab en passant par La Sqala à casa. J’ai essayé de plus ou moins faire le tour des endroits qui m’ont manqué.

Globalement je suis satisfait de cette participation, et je tiens particulièrement a remercier les gens qui ont fait la réussite de l’événement du coté logistique, technique et aussi du coté intellectuel.

8 réflexions au sujet de « Casa Workshop : Veni, Vidi, Scripti »

  1. un article qui résume très bien ces 2 jours de workshop. j’ai voulu faire de même en langue arabe mais comme je suis super emrhumée ces jours-ci, c’est un peu difficile.

  2. Ma keyen Bess a Siham
    thalla frassek et le reste viendra quand tu iras mieux 🙂

    C’était un vrai plaisir de passer ces deux jours en votre compagnie

    à très bientôt j’espère

  3. La premiere fois que Saddam Hussein a rencontre l’Americain Donald Ramsfield a Baghdad, juste au debut de la guerre de l’Iran, il lui a dit:

    « Les USA traitent les pays Arabes comme le paysan qui traite sa femme. La premiere semaine il l’a gatte, la chuchotte, et apres, il l’a condamne a passer toute sa vie crever dans les champs ». Raconte par Tarek Aziz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *